Vous êtes ici

Déclaration sur la Fraternité humaine : un hymne à l’amitié. Commentaire de Mgr Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran

15 avril 2019
Print

 

 

Déclaration sur la Fraternité humaine : un hymne à l’amitié. Commentaire de Mgr Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran

+ Fr. Jean-Paul Vesco op. Mars 2019

La déclaration d’Abu Dhabi ayant pour titre la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, signée le 4 février 2019 par le Pape François et le Grand Imam d’Al-Azhar, Ahmad Al-Tayyeb, peut se lire de deux façons : selon une herméneutique de la continuité ou selon une herméneutique de la nouveauté. Dans le premier cas, elle constitue un pas de plus dans la longue marche du dialogue interreligieux, spécialement islamo-chrétien. Dans le second, elle constitue un évènement singulier.

Nul doute que cette déclaration s’inscrit bien dans l’esprit du Concile Vatican II avec notamment la Déclaration Nostra Aetate (3) et la Déclaration sur la liberté religieuse et dans la suite des innombrables initiatives prises par Jean-Paul II, dont la rencontre d’Assise en 1986. Les incompréhensions nées du discours de Ratisbonne ont eu pour effet bénéfique de motiver le pape Benoit XVI à intensifier encore ces initiatives, avec aussi l’action remarquable de son infatigable ambassadeur de paix, le Cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux. Dissocier cette déclaration de cette longue tradition de dialogue islamo-chrétien la couperait de son origine et trahirait son projet.

Mais en même temps, par différence avec tout ce qui l’a précédé, cette déclaration, par sa forme, son mode d’élaboration exposé en préambule et son contenu, fait du radicalement neuf avec de l’ancien. On ne peut s’empêcher de retrouver en cela la manière du Pape François de faire œuvre de tradition, c’est-à-dire de mouvement, non pas tant en faisant un pas de plus mais en opérant un déplacement du regard. Il semble que sur sa route il a rencontré en Ahmad Al-Tayyeb un frère et un ami, ainsi que ce dernier aime à qualifier le pape François, avec lequel regarder dans la même direction.

C’est cette nouveauté, sur fond de longue et riche tradition de respect des valeurs de l’Islam et de dialogue avec ses représentants, qu’il importe de mesurer, nouveauté assez radicale, voulue et courageusement assumée tant par le Pape François que par le Grand Imam d’Al-Azhar.

Texte complet en pdf ci-dessous

Mots clefs Jean Rodhain

Art
Don
Eau
Foi