Vous êtes ici

Réalisateurs

11 décembre 2012
Print

Jean RODHAIN, "Réalisateurs", Messages de l’aumônerie générale, n° 8, 30 juin 1945, p. 1.

Réalisateurs

Dans ce cloître d’Avon, quelques Carmes vont jeter la dernière terre sur l’un des leurs. Et dans cette clôture monacale qui donc prononce un discours ? C’est un rabbin. C’est le représentant du Consistoire israélite, il célèbre toutes ces maisons religieuses qui ont donné asile - et donc sauvé - des millions d’enfants juifs, et particulièrement ce Père Jacques, déporté après en avoir sauvé plusieurs.

Ce permanent jociste a son budget uniquement assuré par les cotisations de ses camarades, c’est-à-dire qu’il visite ses sections jour et nuit dans des conditions de pauvreté. évangélique réelle. Seulement, il revient de Dachau. Il a eu pour voisin de misère un industriel qui, frappé par son rayonnement lui offre un poste de direction. Voici trois offres répétées, et chaque fois avec un chiffre croissant et qui dépasse pour le mois son salaire de deux années. Et pour rester au service de ses frères, le déporté a refusé trois fois.

Cet Abbé Giraudet qui, sachant la misère des déportés de Berlin, sachant le risque, pesant le danger, a décidé de les rejoindre, il a choisi, il a risqué. Et maintenant il faut entendre les déportés en parler pour comprendre ce qu’il a réalisé là-bas, avant de revenir, juste pour expirer ici.

Cet article sur Bergen-Belsen que vous trouverez sur cette même page, en le lisant, songez que ce n’est pas un reportage occasionnel mais que tout un groupe de religieuses parisiennes – contrairement à tant d`enquêteurs-éclairs qui effleurent ces camps pendant une demi-heure - est allé là-bas, et y reste pour y réaliser du secours, et que cet article n’est que leur témoignage.

Il y a d’autres réalisations, bien sûr. Ni ces religieuses ni cet aumônier n’ont le monopole de la charité. Mais il reste tant à faire. Il y a trop de gens qui vous abordent joyeusement : « Alors, vos prisonniers sont rentrés ». Oublient-ils qu’il reste plus de 600.000 français dont Ies familles sont encore sans aucune nouvelle ? Cela fait combien de familles anxieuses ?

Et puis, surtout, ceux qui rentrent se demandant si anxieusement quelle est cette arme secrète qui a réussi à durcir le visage de tous les Français. Le geste du Père Jacques, prenant la défense des plus faibles, n’était pas seulement utile, hier. Que chacun s’interroge aujourd’hui, pour savoir s’il est vraiment un « réalisateur » d’union.

Jean RODHAIN