Vous êtes ici

En prise directe

24 juillet 2013
Print

Jean RODHAIN, "En prise directe…", Bulletin de liaison, n° 10, 15 octobre 1947, p. 1.

En prise directe

Le SECOURS CATHOLIQUE pour un délégué, c’est très « prenant ». Le délégué nouveau y apportera certes ses idées, ses initiatives propres, mais en fin de compte il s’apercevra qu’en face de ses apports, la colonne totalisant ce qu’il recevra du SECOURS CATHOLIQUE sera plus fournie.

Qu’on le veuille ou non, on est « formé » par son propre travail, sa propre situation. La profession, au bout d’un certain temps, marque l’individu. Voyez le vieux notaire. Regardez ce missionnaire après 30 années en Chine qui revient modelé par le pays : même son visage. Et quand le Père de FOUCAULD va au désert, il ne transforme pas le désert, mais c’est le désert qui le transforme.

Ainsi, au nouveau membre qui est « embarqué » dans une délégation, j’annonce loyalement que l’engrenage du Secours Catholique le conduira plus loin qu’il ne le supposait.

Il ne s’agit pas seulement des « dérangements » à lui causés : Aussitôt repéré comme membre du "SECOURS", à votre porte un pauvre viendra sonner à l’heure du repas, une œuvre vous dérangera pour un secours urgent (excellent exercice pour la santé, physique et morale, de chacun). Au conseil municipal on vous passera instinctivement les. dossiers et les travaux relatifs aux secours. Mais surtout, une misère découverte entraînera le délégué à rectifier ses opinions. Quelques confidences changeront peu à peu ce qu’il croyait en lui certitudes bien établies. Son optique sur l’humanité s’alignera sur certains points de vue évangéliques. Il est très prenant l’engrenage de l’Évangile, traduit en amour quotidien...

Ainsi les paroissiens qui ont donné leur offrande le 12 Octobre vont observer « le délégué », ce « responsable », traduire en réalisation cette quête du Secours.
Ainsi les misères, au lendemain du 12 0ctobre tournent déjà les yeux vers chacun des membres d’une délégation, vers chacun de nous pour guetter notre réponse à leur espoir. Nous sommes responsables - c’est vrai - à leurs yeux, des moyens et de l’autorité, que tous les diocèses confient à chaque délégué.

Et déjà la Maman inquiète au sujet de l’enfant pour cet hiver, sachant que le SECOURS CATHOLIQUE prépare une « Campagne du Berceau » met derrière ce berceau espéré, un nom : le vôtre.

C’est très prenant d’être membre d’une délégation. Heureusement...

Le Secrétaire Général

Abbé Jean RODHAIN

Je ne remercie personne du travail fait pour préparer la journée du 12. Que le Seigneur lui-même soit pour chacun son merci et sa récompense.