Vous êtes ici

Objectif n° 1

24 juillet 2013
Print

Jean RODHAIN, "Objectif n°1", Bulletin de liaison du Secours Catholique, n° 5, 15 mai 1947, p. 1.

Objectif n° 1

Chaque chapitre de l’Évangile nous fait rencontrer un malade paralytique, aveugle ou lépreux. Aucun autre volume ne présente une telle densité de personnages infirmes. Ce n’est point que la Palestine fut une région à haute densité sanatoriale. Mais alors que jusque là, dette densité de misères n’était point remarquée, dès que le Christ paraît, il révèle au samaritain le voyageur abandonné, découvre au passant ce Lazare que le riche ne songeait même pas à apercevoir. L’Évangile ouvre les yeux.

Cette « mise en éveil » devant la misère est d’actualité. Le Christ annonçant le jugement de chacun, et précisant que le partage se ferait d’après les secours donnés à l’affamé, au malade, au prisonnier, n’a point dit que ses paroles devenaient caduques au XXe siècle, ni qu’à cette date l’organisation de l’État, ou les lois sociales, ou des principes inédits éviteraient à chacun le souci d’un secours matériel à donner. Non, Ses paroles sont éternelles. Et en 1947 la Campagne pour les Malades a fait deviner en même temps la grandeur de la misère, et le retard, le douloureux retard des chrétiens en face de cette misère.

Dans la manière d’y remédier, admirons les méthodes inventées et employées par d’autres. Il faut de la variété dans la forêt et dans l’Église. Mais ne perdons pas notre temps à des critiques, ni à des comparaisons. Tenons nous simplement à la ligne de conduite fixée par les statuts approuvés par l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques et précisée par le titre « SECOURS ». Il dit bien ce qu’il veut dire.

L’imagerie populaire avec sa philosophie si profonde parce que "simpliste" dépeint saint Vincent de Paul présentant inlassablement dans ses bras un enfant abandonné. La présentation inlassable des misères actuelles doit centrer nos efforts et nous empêcher de diverger. Que l’Évangile nous ouvre les yeux sur le travail à réaliser inlassablement.

Au travail !

Abbé Jean RODHAIN.