Vous êtes ici

« Je n’ai personne pour… »

25 août 2017
Print

Jean RODHAIN, « "Je n'ai personne pour…" », Documents-Secours, n°9, avril 1964, p. 3-4.

 « Je n’ai personne pour… »

«  Seigneur, dit l'infirme, je n'ai personne pour me plonger dans la piscine quand l'eau se met à bouillonner... » (Jean V, 7.)

Il y a des âmes que le Seigneur guide directement, par petites touches secrètes de sa grâce. Il y en a d'autres qui ont besoin d'un voisin, d'un ami, d'une occasion, pour être basculées dans la grâce. Mystère des initiatives et des attentes dans l'histoire du salut des âmes. Mais c'est comme cela. L'infirme était au bord de la piscine aux cinq portiques de Jérusalem. II lui manquait quelqu'un pour le mettre en contact avec l'eau bienfaisante. Il attendait. Et il expose son attente au Seigneur Jésus : « je n'ai personne pour... »

Il suffit d'avoir un peu confessé ou assisté des vieillards pour les entendre parfois évoquer comme seul souvenir religieux de leur vie, « leur » pèlerinage à Lourdes. Ça leur est resté, « leur » vision de leur unique séjour à Lourdes. Et quand on interroge les plus pauvres, la plupart du temps ils précisent qu'ils n'avaient pas le moyen d'y aller, mais qu'ils ont été conduits par leur curé, ou embarqués par un brancardier expéditif.

Il y a dans votre diocèse, il y a dans vos paroisses, des centaines de pauvres gens qui ne viendront jamais à Lourdes si vous ne les repérez pas.

Votre diocèse a prévu un groupe pour la Cité-Secours. Tant mieux : mais cela dépend comment il est composé.

Qu'avez-vous fait pour repérer dans votre paroisse celui auquel personne ne pensera ? Celui qui n'est jamais allé à Lourdes et qui n'a ni famille, ni voisins pour l'y inviter ?

Celui qui est trop discret pour solliciter une place gratuite ?

Voici l'été, voici la saison des pèlerinages.

« Je n'ai personne pour... »

C'est l'heure de regarder, et de faire notre propre examen de conscience sur ce point précis de l'initiative...

Jean RODHAIN.