Vous êtes ici

La vie au 106 rue du bac

25 août 2017
Print

Jean RODHAIN, « La vie au 106 rue du Bac », Brochure de la Journée Nationale 1964, p. 14-15.

La vie au 106 rue du bac

Plutôt qu'une description du Siège social du Secours Catholique, une visite des six étages de l'immeuble serait préférable.

Première remarque : la préférence donnée aux bureaux d’études

Le public s'imagine que l'essentiel du Secours, c'est l'envoi de camions et de stocks sur le lieu d'une catastrophe. Or le service « Urgence », responsable des sinistres, ne comporte que deux bureaux. En effet, l'expérience a prouvé qu'avec un fichier bien tenu et un téléphone, ces secours immédiats pouvaient être déclenchés sans un personnel nombreux. Tout a été rationalisé.

Par contre il faut que le public soit préparé à mieux comprendre les misères quotidiennes, il faut un lent travail de pédagogie pour exposer ces misères cachées, il faut une équipe de chercheurs pour étudier les expériences faites dans le passé, dans les autres pays, dans les adaptations aux institutions de 1964 et de l'an 2000.

Alors pour ce réseau, pour cette pédagogie, voici non plus deux bureaux, mais la surface de quarante bureaux : fichier des 580.000 adhérents du « Secours Catholique », bibliothèque spécialisée sur misère et charité, bureau d'études, etc.

Deuxième remarque : une rationalisation qui tient du laboratoire et de l’usine

Ce bâtiment était une « usine » au moment de son achat (1960). Il en a conservé le style fonctionnel et sobre. Partout où une machine peut économiser les frais de travail, il y a une machine. Ni mazout ni chaufferie : un robinet de branchement sur le chauffage central urbain. Au fichier central, pas d'allées et venues du bureau au fichier. Un siège roulant sur le rail permet à chaque fichière de se déplacer sans fatigue le long des pupitres du secteur qu'elle vérifie.

Cette rigueur de l'architecture, ce rythme du travail silencieux sont tempérés par les témoins inattendus : une meule de moulin, un pétrin du XIII°s., un fétiche africain : avec sobriété, au bout de chaque couloir, sont plantés les témoignages de la vie et de la peine des hommes. Faire collaborer des amis ayant du goût, cela ne coûte pas plus cher que les gémissements de ceux qui ne savent pas avoir d'amis.

La série des bureaux vous conduirait dans des enfilades interminables.

- Service « malades » et Comité de coordination des œuvres des Malades et Infirmes.

- Service « prisons » et d'aide aux familles de prisonniers.

- Service « Nord africains ».

- Service des « relations extérieures » : s'occupe des relations avec Rome (Saint-Siège) et tous les autres Secours Catholiques nationaux. Un secteur spécial s'occupe des liaisons avec le Secours Catholique Africain.

- Service de l’aide technique internationale responsable, en particulier, des micro-réalisations.

- Service des migrations (assistance aux migrants et étrangers).

Ces services ne reçoivent pas le public. Ils ne traitent pas les cas particuliers. Ils coordonnent le travail sur le plan national et international.

- Service des Cité-Secours Catholique

Cité-Secours Notre-Dame, 6, rue de la Comète, Paris. Hébergement : 250 hommes. Bureaux sociaux.

Cité-Secours Myriam: 100 lits pour Nord-Africains.

Cité-Secours Saint-Pierre, Lourdes : vient d'accueillir son 100.000° hébergé.

Cité-Secours Abraham, Jérusalem : capacité de début : 90 lits.

et les Cités-Secours de province : Berck, etc.

Un étage du Secours Catholique est réservé à l'Aumônerie générale.

- Aumônerie des prisons.

- Aumônerie des hôpitaux et établissements de soins.

- Aumônerie des centres publics et privés d’éducation surveillée

Ces trois Aumôneries sont dirigées 106, rue du Bac, par onze aumôniers responsables sur le plan national de ces trois importants secteurs.

La chapelle Saint-Laurent réserve au visiteur quittant l'immeuble[1] une surprise.

Dédiée au diacre Saint-Laurent spécialiste du secours aux pauvres, elle est pauvre : un sol dur, quelques tabourets de ferme.

Elle est parlante : en souvenir de saint Laurent brûlé sur le gril d'un four, le tabernacle est un four de boulanger. L'autel est une meule à blé. Le pain consacré, le pain partagé.

Elle est obscure. La lecture n'est pas nécessaire. Notre-Seigneur n'a pas distribué de brochures le Jeudi Saint. Un peu de silence et de paix ne sont pas inutiles au cœur de ce Paris trépidant

Une seule ligne sur les Cités-Secours, c'est peu. Un seul mot sur les migrations, c'est trop bref.

Ecrivez-nous. Vous recevrez - gracieusement - une documentation précise, ou un des bulletins spécialisés sur nos services.

Et pour vous tenir au courant des misères de partout et des organismes qui les servent, nous vous enverrons un spécimen de « Messages du Secours Catholique ». Mensuel, 16 pages.

Merci

SIDOINE.

 

[1] L'immeuble du 106, rue du Bac, abrite au total 31 organismes. Les principaux sont :

- Le secrétariat général de l'Episcopat.

- Le secrétariat général de l'Action Catholique

- L'Union Nationale des Congrégations d'Action Hospitalière et Sociale.

- Etc., etc.