Vous êtes ici

Savoir déchiffrer

28 août 2017
Print

Jean RODHAIN, « Savoir déchiffrer », Messages du Secours Catholique, n° 158, décembre 1965, p. 3.

Savoir déchiffrer

Trois enfants

Je regarde la statue classique du bon saint Nicolas, avec à ses pieds, ce baquet, ce saloir d'où surgissent les trois enfants. J’essaye de comprendre. Je consulte l'histoire authentique de saint Nicolas. Elle mentionne seulement son intervention obtenant l'amnistie totale de trois condamnés à mort.

Mais comme les Egyptiens représentaient leurs contemporains avec des dimensions proportionnelles à leur célébrité, de même les imagiers du Moyen Age prirent l'habitude de ramener les donateurs ou les personnages accessoires à des dimensions minuscules autour d'un gigantesque saint auréolé. Devant l'image de saint Nicolas, les fidèles, intrigués par ces trois petits personnages flanqués du bourreau préparant son épée, les transformèrent en trois enfants aux prises avec un boucher. D'où la légende du grand saint Nicolas : « Ils étaient trois petits enfants... »

Je préfère la réalité historique, et Nicolas délivrant ses prisonniers : elle reste d'actualité en beaucoup de pays. Même une statue a besoin d'être déchiffrée...

Le 30 du mois

Voici le 30 du mois. Pour l'écolier, cela signifie un pas vers les vacances. Pour l'automobiliste, cela veut dire changer le côté du stationnement.

Mais, pour beaucoup, c’est la date de l'échéance, la traite à payer et le salaire à toucher. Et si la traite est trop forte, ce chiffre 30, qui attend au rez-de-chaussée du calendrier, c'est une terreur préparée. Je compte à rebours, parce que si le 30 du mois c'est la faillite déclarée, alors à partir de ce jour-là, je le sais, mes voisins et mes propres enfants me regarderont autrement. Vous me parlez de cogestion comme d'une solution d'avenir. Je veux bien. Mais si je suis chef d'entreprise ou simplement petit artisan et que les banques me coupent le crédit à la fin de ce mois, aucun comité n'y fera rien : ce sont mes 200 ouvriers en chômage ou mes 3 compagnons sans situation à partir du mercredi 30. Et je reste très seul à compter les jours.

Mon calendrier est imprimé en rouge et noir. L'a typographie est bonne, le papier est glacé, mais le 30 du mois est un chiffre rouge. Et derrière ce chiffre imprimé, pour moi est la porte sur le vide brusquement ouverte.

Derrière un simple chiffre imprimé...

L’ordonnance

Pour celui qui n'est ni médecin ni pharmacien, la lecture d'une liasse d'ordonnances est fastidieuse. Ces libellés minutieux et ces dosages à une goutte près, manquent d'intérêt. Un roman d'aventure semble autrement vivant.

Mais le médecin rédigeant l'ordonnance et le pharmacien l'exécutant savent que, pendant ce temps, le malade se tord de douleur.

Ils savent, à travers les formulaires, déchiffrer la vie d'un homme.

La lecture des comptes rendus du Concile est -pour le public - fastidieuse. Ce ne sont que textes interminables, scrutins répétés, dosages minutieux.

Et voici arrivée l'heure du rendez-vous de la misère et de l'écriture. Ils attendent ceux qui ont faim, ceux qui souffrent de l'injustice, ceux qui pleurent en secret. La réalité dépasse le schéma, Il va falloir déchiffrer ces textes. Il va falloir témoigner de ces décisions, et prouver que l'Évangile est un livre vivant...

25 décembre

Est-ce un anniversaire, ou bien une présence ?

Une date, comme la bataille de Marignan, ou le début d'une histoire, puisque nous datons nos lettres de : « 1965 après J.-C. », après ce Jésus-Christ né le 25 décembre.

Une histoire pas comme les autres, puisque Celui qui est immobile dans une crèche de Bethléem ce 25 décembre sortira triomphant du tombeau, comme personne ne le fera plus jamais après Lui. Il entrera dans les maisons les portes étant fermées. Il terrassera Paul cheminant vers Damas. Il sera tellement présent que tant d'agonisants sentiront qu'Il les attend derrière cette mince cloison...

L’Évangile est vivant, parce que le Christ est présent. Présent en tout temps. Maintenant et toujours. Et ceci depuis un certain Noël en Bethléem.

Seigneur-Jésus, apprenez-nous, en regardant ce chiffre du « 25 » sur la liste des jours de Décembre, apprenez-nous à le déchiffrer...

Jean RODHAIN.