Vous êtes ici

Un exemple typique

31 août 2017
Print

Jean RODHAIN, « Un exemple typique », Documents-Secours, n° 21, avril 1968, np.

Un exemple typique

La guerre, chaque jour davantage, incendie le Viet-nam.

Contre la guerre, pour la paix, il y a un organisme reconnu par l’Église : c’est Pax Christi.

Au Viet-nam, pour aider les victimes de la guerre aussi bien au Nord qu’au Sud, il y a sur place un organisme international - et un seul - mandaté par l'Église : c'est Caritas Internationalis.

Ces deux organismes s’entendent et publient un appel commun (cf. rubrique « Documents »), cela prouve qu’ils s’entendent bien entre eux, que leurs efforts spécialisés sont finalement convergents et que l’accord est public, précis et complet. Deo Gratias.

C'est normal direz-vous.

Mais il est permis de se réjouir en face d’une situation normale dans ce monde où il y a tant de situations anormales...

Regardons de plus près : comment se fait-il que subitement - et pour la première fois - Pax Christi et Secours Catholique se retrouvent si exactement concernés ensemble sur un problème ?

Tous ceux d’entre vous qui, l’an dernier, aux Journées Nationales de Lourdes, ont entendu Mgr Huessler, de Caritas Allemagne, raconter ses négociations à Hanoï ont compris que l’action S.0.S. dépassait le colis distribué.

La mission confiée par le Saint-Siège à Caritas Internationalis chargée d’intervenir et au Biafra et au Nigeria était une mission de pacification.

Les pourparlers menés - au nom du Saint-Siège - par le Président de Caritas Internationalis auprès de l’Égypte et d’Israël pour aboutir finalement à un échange total de prisonniers étaient une mission pacificatrice.

Ainsi, depuis de longues années, Pax Christi, par ses travaux théologiques et par sa pédagogie, approfondit et diffuse en même temps la doctrine de l’Église sur la paix.

Pendant ce temps-là, S.O.S. Caritas, par sa présence agissante entre les combattants, par ses interventions auprès des prisonniers, a peu à peu obtenu un crédit qui lui permet de parier un langage de la paix.

Voilà pourquoi les pensées profondes des uns et l’action caritative des autres se complètent et se rejoignent exactement, l’appel commun « Pax Christi-S.O.S. » est typique à ce sujet.

Pendant que se réalise cette harmonisation internationale, il se peut que dans la paroisse de Marencourt-les-Potiers, réuni pour la quatorzième fois autour d’une table, un Comité local prolonge la discussion au-delà de minuit sans avoir réussi à rédiger en phrases profondément pensées les rapports respectifs dans la pastorale intégrée de celui-ci et de celui-là. Celui-là étant caritatif.

Etant donné que lorsqu'une réunion se prolonge au-delà de 22 heures, le Saint-Esprit est certainement déjà parti[1], je pense que le texte typique « Pax Christi-S.O.S. » pourrait économiser bien des discussions de ce genre.

Le Secrétaire général

Mgr Jean RODHAIN.

 


[1] Mgr MAZERAT dixit (Cf. Semaine religieuse, Angers).