Vous êtes ici

Le 1%

03 novembre 2012
Print

Jean RODHAIN, "Le 1%", MSC, n°247, décembre 1973, p. 2.

Le 1 %

L’origine du 1 %

C’est à Bombay, pendant son voyage en Inde, que Paul VI avait demandé aux États de prélever sur leurs budgets militaires, une part de 1 % pour le Tiers Monde.

Et dans l’Encyclique Populorum Progressio le Pape revient avec insistance sur le principe de cette proposition.

En 1967, le Secours Catholique lance l’opération 1 %

C’est toute la première page du numéro de « Messages » de juin 1967 qui est consacrée au lancement de cette opération.

Des chrétiens, après avoir médité le passage de l’Encyclique invitant chacun à partager, se demandent quelle part exactement réserver. De tous côtés on nous pose des questions à ce sujet.

Et l’éditorial de 1967, reprenant le chiffre proposé par Paul VI à Bombay, avance ce prélèvement de un pour cent.

Sept ans après

Le temps est un bon juge. Il élimine impitoyablement ce qui est artificiel. Il consolide ce qui correspond aux réalités de la vie.

Ainsi nous voyons parmi les plantations faites depuis quinze ans, certains arbres aujourd’hui solidement enracinés : les « Kilomètres de Soleil » - les « Micro-réalisations ».

Ainsi pour l’opération « un pour cent » qui, avec le temps, a pris sa place.

Chaque année, « Messages » est revenu sur cette fondation. Peu à peu un enracinement s’est ramifié. Les uns envoient ce prélèvement pour Noël. Les autres le réalisent au moment des vacances. Dans cette famille, le geste est réalisé à l’occasion d’un mariage. Ailleurs on a pris l’habitude d’un versement mensuel. Certains, enfin, pour assurer la régularité des versements chargent leur banque de le réaliser automatiquement.

Une formule positive

A quoi bon un réquisitoire contre les grands-pères qui n’ont pas compris Léon XIII, si aujourd’hui on ne veut pas appliquer Paul VI ?
C’est trop facile d’accuser les morts d’avoir pratiqué le « paternalisme » si on oublie soi-même d’être « fraternel ».

Ainsi depuis les communautés de base jusqu’aux paroisses traditionnelles, nous voyons se propager un travail positif autour de cette opération 1 %.

Toute pédagogie est d’abord répétition. Toute plantation est avant tout un long enracinement. En 1974, l’opération « un pour cent » va se poursuivre, jour après jour.

J. R.