Vous êtes ici

Porte ouverte

03 novembre 2012
Print

Jean RODHAIN, "Porte ouverte", MSC, n°246, novembre 1973, p. 5.

Porte ouverte

1. porte ouverte

Porte ouverte sur des activités trop peu connues. Je connais le tronc qu’on me présente pour la quête et le compte postal dont on me répète régulièrement le numéro 5620.09 Paris. C’est maigre. Et voici qu’enfin la porte s’ouvre sur l’usage fait de ce que j’ai donné. Un rai de lumière présente la fresque des misères insolubles qu’il faut à tout prix porter. Derrière la porte, je découvre cette chaîne de mains discrètes qui réalisent ce que je ne puis réaliser moi-même. La porte s’ouvre une bonne fois sur des comptes clairs et voici au grand jour - enfin - des bilans où je découvre à la fois les problèmes résolus et les problèmes qui restent à résoudre.

2. porte ouverte

Porte ouverte sur une Cité-Secours. Cette maison du « Rosier Rouge » est réussie. Le hall est clair, net, accueillant. Salle à manger aux coloris bien assortis : jaune citron et chêne foncé. Le libre service tourne comme une mécanique appétissante. Toutes les chambres sont occupées par des familles de province venant entourer leur malade en traitement dans les hôpitaux parisiens. Au premier coup d’œil tout semble réussi.

On ouvre la porte du standard téléphonique où la sonnerie grelotte dans la nuit. Il est trois heures du matin. C’est l’hôpital Laennec qui demande qu’on aille réveiller sur-le-champ la famille de la jolie chambre n° 24 pour les prévenir que leur fillette de six ans n’a pas résisté aux suites de l’opération à cœur ouvert.

Porte ouverte sur la cruauté de certaines nuits...

3. porte ouverte

Porte ouverte sur l’envers du décor. Du dehors on se représente l’avion partant rapidement porter des secours aux antipodes. Dans les coulisses du service on découvre que ce n’est pas tout simple. Il faut discuter pendant des heures pour trouver un avion disponible. Il faut intervenir vingt fois auprès d’une ambassade pour contraindre la douane du pays bénéficiaire à ne pas surtaxer abusivement les vaccins offerts gracieusement pour les enfants.

La statistique affiche le total des sortis de prison reclassés. Très bien. On ouvre la porte du bureau de reclassement et on découvre que pour le cas n° 147, notre assistante sociale a fait exactement dix mois de démarches avant de trouver un emploi pour ce détenu assez spécial...

C’est comme dans les « coulisses de l’exploit » : la réalité est plus compliquée que l’image de marque.

4. porte ouverte

Dans un an - c’est vite arrivé - donc dans un an, à Noël 1974, le Pape, un marteau de maçon à la main, commencera à défoncer le pan de mur construit en 1950 pour clore la Porte Sainte. C’est la Porte ouverte sur l’Année Sainte. Ouverture réelle et symbolique à la fois. Par cette porte ouverte, des millions de pèlerins vont entrer dans la Basilique Saint-Pierre afin de supplier le Seigneur en esprit de Réconciliation. Réconciliation de chacun avec Dieu. Réconciliation de tous ceux qui sont désunis, désunis dans les Églises, dans les nations, dans les familles. Voilà une Porte ouverte sur de vastes perspectives.

5. porte ouverte

Elle restera pour toujours une très sombre image, cette porte fermée par l’hôtelier de Bethléem devant Marie et Joseph. Quelle occasion manquée à cause d’une porte qui n’a pas su s’ouvrir !

Quelle luminosité, au contraire, lorsque l’hospitalité ouvre les portes. Porte ouverte, signe d’amitié. Dans la grande famille du Secours Catholique, ces portes ouvertes à tous nos amis marquent notre mutuelle confiance au service des plus pauvres : nous vous invitons de grand cœur.

J. RODHAIN