Vous êtes ici

Le carnet de Sidoine - 74-10

01 novembre 2012
Print

Jean RODHAIN, "Le carnet de Sidoine", MSC, n° 256, octobre 1974, p. 2.

Le carnet de Sidoine

Question 1

- Je lis dans un journal que des milliers de tonnes de vivres destinés au Sahel seraient en souffrance dans un port du Sénégal. Je demande si cela est exact et si les stocks envoyés par le Secours Catholique sont bloqués aussi dans ce port.

Réponse

- Primo. - L’information est exacte malheureusement. C’est le journal « Le Monde », dans son numéro du 20 septembre dernier, qui a signalé l’embouteillage des quais de Dakar. Le faible débit du chemin de fer Dakar-
Bamako ne permet pas de transporter rationnellement les stocks destinés au Mali.

- Secundo. - Depuis le début de la famine au Sahel, l’effort du Secours Catholique a porté sur l’acheminement par camions ou par avions, afin d’alimenter directement les Caritas destinataires. Cet acheminement direct est une cause de dépenses, mais il nous évite des gaspillages comme celui des stocks actuellement en souffrance sur les quais de Dakar.

Question 2

- Est-ce que la récente augmentation des tarifs postaux est applicable à « Messages » ? Et dans ce cas y aura-t-il modification des tarifs d’abonnements ?

Réponse

- « Messages » est frappé non seulement par les nouveaux tarifs postaux, mais aussi par les augmentations répétées du papier et de l’imprimerie. « Messages » n’a pas modifié ses tarifs depuis trois ans. Il sera obligé d’imiter les autres périodiques en 1975.

Question 3

- Ma fille habite un groupe d’H.L.M. où elle n’a que peu de contacts et ne se sent pas comprise. Alors elle voudrait s’occuper du Tiers-monde. Pouvez-vous nous fournir une adresse ?

Réponse

- On peut vous donner cent adresses mais accompagnées d’une mise en garde : la charité véritable commence devant la porte. Ce serait une évasion bien artificielle de rechercher au loin sans d’abord s’astreindre à comprendre le prochain proche...

Question 4

On parle souvent d’adopter des enfants du Vietnam ou d’ailleurs. Est-ce que le Secours Catholique ne devrait pas créer un service d’adoptions ?

Réponse

- Non. Il y a beaucoup d’œuvres spécialisées dans ce secteur, et parmi elles plusieurs très sérieuses. Il n’y a pas lieu de doubler ce qui existe.

Question 5

- J’ai entendu dire que dans telle province d’un pays d’Asie, l’acheminement des vivres est périlleux en raison du banditisme et des prélèvements anormaux par les autorités locales. Dans ce cas vous avouerez que toute l’action du Secours Catholique est paralysée...

Réponse

- Nous n’avons aucun goût pour la paralysie. Dans le cas cité - qui est réel - nous avons remplacé les envois de vivres par des virements à la banque locale au nom de la Supérieure du dispensaire. Celle-ci achète les vivres sur place au fur et à mesure des besoins.

Trente années d’expériences aux quatre coins de la planète nous ont conduits à adapter chaque opération de secours aux situations locales. Elles ne se ressemblent pas. Une organisation comme le Secours Catholique doit savoir continuellement s’adapter.