Vous êtes ici

Le carnet de Sidoine - 75-05

23 octobre 2012
Print

"Le carnet de Sidoine", MSC, n°262, mai 1975, p.2.

Le carnet de Sidoine

Question 1
- Nous ayons été choqués de voir dans le dernier numéro de « Messages » le compte rendu d’une visite de Mme Veil à votre Rosier Rouge. Pourquoi l’avez-vous invitée ? Oubliez-vous les déclarations du Pape contre l’avortement ?

Réponse :
Primo. - L’expérience des Maisons Hospitalières où travaille le Secours Catholique (Berck - Bordeaux – Lille – Grenoble - Nantes) prouve qu’elles correspondent à un besoin. Mais ce n’est pas aux œuvres privées de résoudre le problème. L’Etat, quand il construira un hôpital, devrait demain y prévoir aussi un accueil-logement pour les familles. Le Rosier Rouge est un prototype provoquant les pouvoirs publics : c’est pour faire avancer ce problème que le Secours Catholique a invité le ministre de la Santé à venir sur place voir les résultats et entendre l’exposé du problème.
Secundo. - Il ne faut pas confondre deux problèmes différents. « Messages » a largement rappelé les directives de Rome et les avertissements du cardinal Marty contre l’avortement .

Question 2
- J’applaudis à l’initiative du Secours Catholique invitant le ministre de la Santé à toucher du doigt la situation des familles ayant un enfant malade dans un hôpital éloigné. D’autre part, ayant lu dans « Messages » bien des textes précis condamnant l’avortement, je ne doute pas de vos convictions. Mais comme ce ministre invité a collaboré efficacement à une toi néfaste, ne croyez-vous pas que certains seront déconcertés par ce qu’ils interprèteront comme une approbation ?

Réponse :
- il y a, en effet, un risque, que certains confondent deux questions fort différentes : l’accueil des familles de malades et l’avortement, parce qu’elles relèvent du même ministère de la Santé. On pouvait éviter ce risque en restant immobile. Ce genre de sommeil n’est pas dans nos méthodes. En fuyant tous les risques on aboutit au néant.

Question 3
- Ma grand-mère est fidèle à « l’Almanach du Messager boiteux de Strasbourg ». Or, je constate qu’il traîne sur la table de la cuisine pendant toute l’année. Pourquoi « Messages » n’aurait-il pas aussi une présence permanente par un almanach ?

Réponse :
- Si c’est pour éditer un almanach de plus, inutile. Si c’est pour présenter tout au long de l’année, en permanence, ce monde inconnu de la pauvreté, alors cela en vaut la peine. Voilà pourquoi de multiples côtés on nous réclame, en effet, ce genre d’Almanach pour 1976.

Question 4
- A qui s’adresser pour les pèlerinages de l’Année Sainte ? Le Secours Catholique fait-il quelque chose dans ce domaine ?

Réponse :
- En France, s’adresser dans chaque diocèse à la Direction diocésaine des Pèlerinages ou bien au Comité national de l’Année Sainte, 106, rue du Bac, 75341 Paris Cedex 07.
- A Rome, s’adresser à l’antenne pour les pèlerins français : 12 via Giovanna d’Arco - 00186 Rome. Téléphone 654-71-46.
- Le Secours Catholique s’est limité à l’animation de l’accueil des jeunes francophones. Ecrire directement à : Secrétariat S.O.S. - La Trinité-des-Monts - 00187 Rome. Téléphone 679-22-45.