Vous êtes ici

Activités de la chaire Jean Rodhain de Lyon - Rapport d’activité 2015-2016

02 mars 2017
Print

Ci-dessous un écho des activités de la Chaire de Lyon.

La question de la charité a été proposée aux étudiants par le biais des cours dans le programme du baccalauréat canonique. Jean-Marie Gueullette la travaille, outre son cours de morale fondamentale, dans son cours spécifique sur la charité. Ce cours a lieu en ce moment avec 30 étudiants. Dans le cours sur les fondements de la morale, il propose de s’intéresser à une approche thomasienne de la charité.

Nous avons une alternance entre morale sociale et morale politique. Dans le premier cours, la dimension de la charité a été intégrée comme fil rouge de la problématique (37 étudiants sur place et en ligne) : l’idée est de montrer que la charité est un souffle qui anime l’action sociale.

Cette année, grand succès pour la morale politique ! (15 étudiants en ligne et 41 sur place). Pour la première fois, cette réflexion est placée sous l’impulsion de la question de la charité. Dans ces divers cours se font des travaux écrits d’approfondissement par les étudiants.

Le séminaire de 2d cycle sur les « pratiques de la morale », repris tous les deux ans, garde aussi pour projet d’aller jusqu’au bout de l’interrogation morale, notamment dans les études de cas. Une thèse est en cours sur la justice sociale, une autre sur les droits de l’homme et la pensée personnaliste de Jean Paul II en matière sociale. Les deux comportent un volet sur la charité.

Activités complémentaires et orientations

Un des choix que nous faisons reste d’ouvrir la réflexion sur la charité à des étudiants qui ne sont pas étudiants en théologie d’une part, et qui sont beaucoup plus jeunes que nos étudiants de grade, d’autre part. Nous cherchons à rejoindre les diverses écoles et centres facultaires de l’UCLy et trouver des partenariats pour ouvrir à des questionnements sur la charité via les centres d’intérêt de ces jeunes publics. Naturellement, cela ne peut se faire par une question brute sur la charité mais par le relais de leurs préoccupations, telles que la question de l’investissement dans le monde du travail ou de la possibilité d’être chrétiens dans un monde qui leur paraît hostile.

Dans nos partenariats, nous avons aussi un projet qui se déroulera au moins en deux temps avec le Centre de formation « Agora » des frères dominicains. Premièrement une conférence mutualisée au printemps, sur « la Doctrine de l’Église au service de la conscience », et qui nous acheminera dans quelques mois vers une journée de travail sur la Doctrine sociale et les vertus qu’elle promeut. Nous travaillons aussi avec l’Antenne Sociale de Lyon, qui possède d’un dense réseau de liens et de relais. Des contacts auprès de la radio sont pris pour donner de l’écho à ces propositions.

Ces activités soulignent une des lignes que nous favorisons : dans la fidélité avec l’histoire du christianisme social à Lyon, travailler les questions sociales dans leur aboutissement vers la charité, en mutualité avec des partenaires de différents horizons, et garder le souci de porter cette question « hors champ » de l’Église, notamment auprès de publics de jeunes adultes.

Rapport établi par Mireille Hugonnard