Vous êtes ici

Colloque 2018 : Intervention de M. Poupart, maire de Bonnelles

05 février 2018
Print

Colloque de la Fondation Jean Rodhain

26 - 28 janvier 2018

"Hospitalité et identités fragilisées"

Intervention de M. Poupart, maire de Bonnelles

Bonnelles est un village de 2000 habitants de la région « Île-de-France », au Sud du département des Yvelines. Le monastère des Orantes est un établissement construit en 1971 pour accueillir une communauté religieuse. Ce monastère avait pour vocation d’accueillir des retraitants et des « sœurs » missionnaires en Afrique du Nord. L’activité d’accueil ayant été arrêtée en l’an 2000, le propriétaire du lieu envisageait de le vendre à l’Association « Habitat et Humanisme » qui souhaitait le transformer en lieu d’accueil pour personnes en grande difficulté. L’Etat, partenaire financier du projet a demandé à cette association, d’accueillir des « Migrants » en urgence, avant de commencer les travaux de réhabilitation…

En apprenant cette arrivée très prochaine de « Migrants » au Monastère, les élus du Conseil municipal de Bonnelles se sont interrogés, ont tenté de contacter des Communes qui avaient géré une telle situation, ont recherché des informations… sur internet… ont tenté de joindre des structures habituées à ce type d’accueil… sans succès…

L’inquiétude était grande…

  • D’autant plus que les médias nationaux diffusaient en boucle les affrontements de migrants aux frontières de la Hongrie. Les personnes se battaient pour passer la frontière… La grande majorité des migrants étaient en « loques »…
  • Les élus nationaux criaient au scandale d’être obligé d’accueillir les migrants sans s’y être préparé et dénonçaient l’absence de concertation entre les collectivités et l’État.

Mais pour nous il n’était plus question de discussion, de débat « pour » ou « contre », c’était une certitude… ils arrivaient !

Nos questions étaient très concrètes, du style :

  • D’où venaient ces personnes qui arriveraient chez nous ? Quelles nationalités ?
  • Combien seront-elles ?
  • Combien de temps resteront-elles ?
  • Des hommes ? Des femmes ? Des enfants ? Des familles ?
  • Seront-elles jeunes ou vieilles ?
  • Quel sera leur état de santé ?
  • Que feront-elles pour passer leur temps durant leur présence à Bonnelles ?
  • Qui étaient ceux qui devront s’occuper d’eux ?

En fait, nous nous sommes rendu compte qu’inconsciemment nous cherchions toutes les raisons du monde pour tenter de nous opposer à cet accueil… Le « Migrant » nous effrayait… du moins celui qui nous était présenté à la TV… celui que nous ne connaissions que par la TV et par ses commentateurs.

La veille de l’arrivée annoncée, une rencontre avec le s/préfet a été provoquée pour aborder toutes ces inquiétudes. Bien qu’aucune de nos interrogations n’ait trouvé la moindre réponse, nous avons tout de même eu l’engagement des services de l’État d’être «  solidement » à nos côtés. Services qui étaient d’ailleurs tout aussi inquiets que nous…

Bien qu’aucun indicateur n’apportait d’éclairage à nos inquiétudes, les élus de Bonnelles ont décidé clairement, sans aucune hésitation, de tout tenter pour que l’accueil se fasse le mieux que possible tant pour les personnes accueillies que pour nos habitants. Il a été décidé que notre rôle serait de faire l’interface entre tous.

Nous nous sommes engagés à être le plus présents que possible… Et nous avons décidé d’attendre l’arrivée « effective » des migrants pour informer les habitants de la situation réelle à Bonnelles puis de l’évolution de la situation locale.

Le 9 septembre 2015, de nombreux Conseillers municipaux étaient au Monastère pour accueillir les premiers arrivants mais aussi pour se rendre compte de la situation… nous n’étions pas seuls…

Préfet, s/Préfet, Direction de la Cohésion sociale 78, Pompiers, Gendarmes, presse – TV, Radio, presse écrite – l’Évêque d’Évry, le Père Devert… tous étaient là !

Cette arrivée faisait la « une » des télévisions et radios, aussi nos habitants en savaient plus que nous qui étions sur place sans information, sur la provenance de l’autocar, sur le nombre de personnes à accueillir… d’où notre inquiétude d’être accusé d’avoir caché toute cette opération. Des habitants, scotchés devant BFMTV m’envoyaient des SMS pour m’informer des réactions souvent hostiles des personnalités politiques nationales.

Aussitôt le bus arrêté devant le monastère, les premiers « Migrants » en sont descendus.

Et là, tout a changé… nous avons découvert « nos Migrants »… épuisés, inquiets, timides, faisant tout de même « belle figure », ils n’avaient quasiment pas de bagages… les quelques jeunes enfants regardaient tout autour d’eux en ne quittant pas leurs parents d’un centimètre. Quelques remerciements en anglais répondaient à nos « Bienvenue ».

Nombreux d’entre nous ont eu leur première larme…

Ensuite, tout est allé très vite, notre objectif prioritaire était devenu de rassurer ces nouveaux arrivants, mais aussi d’informer et de rassurer nos habitants.

Les médias se sont rués sur nous pour nous faire dire… que c’était la catastrophe

Nous ne sommes pas rentrés dans leur jeu, nous n’imaginions pas un instant chercher un argumentaire pour refuser cet accueil inattendu. Aussi, nous devions tout faire pour éviter que les Bonnelloises et le Bonnellois se révoltent, croyant que la situation était désespérée.

Une information écrite « boîtes aux lettres » a été faite dans la journée pour dédramatiser cet évènement et demander aux habitants qui le souhaitaient de nous aider et de nous rencontrer pour échanger sur cette situation inhabituelle.

Au cours de cette première journée, chaque minute révélait de nombreux problèmes de tout ordre : mais tous les accueillants s’étaient donnés le mot d’ordre de « réussir ».

Une confiance réciproque s’est installée entre tous !

Les habitants, invités à venir nous rencontrer à la salle des fêtes sont venus très nombreux. Nous avons ressenti un climat de « Confiance » qui s’instaurait entre nos habitants et nous-même. Ceux qui doutaient étaient invités à aller avec nous au Monastère pour rencontrer nos « Migrants » et se rendre compte d’eux-mêmes. Bon nombre d’entre eux y sont ensuite retournés régulièrement pour donner un coup de main.

Les plus hostiles ne se sont quasiment pas manifestés… les seuls mauvais échos ne venaient que de l’extérieur du village.

Depuis, de nombreuses actions ont été menées pour que le Monastère ne soit pas déconnecté du village mais au contraire fasse partie de notre Bonnelles. Aujourd’hui, le Monastère des Orantes avec ses résidents fait partie du village comme le serait un établissement hospitalier ou une caserne de pompiers. Nos habitants côtoient des jeunes de toutes nationalités, mais ne s’interrogent plus sur leur provenance ou leur destination.

Quelle répercussion l'accueil des réfugiés a-t-elle eue sur la commune ?

Une dynamique s’est créée autour du Monastère des Orantes.

  • Des habitants habituellement peu présents aux animations locales se sont « révélés » en s’associant à la vie de la communauté. Certains par des rencontres régulières, d’autres en donnant de leur temps pour aider à l’apprentissage du français ou encore en animant des ateliers ou en gérant le magasin ou encore en accompagnant pour des sorties sportives ou culturelles…
  • Très nombreux sont les habitants qui pensent maintenant systématiquement à donner aux résidents des meubles, des vêtements, de l’électroménager… plutôt que de stocker inutilement chez eux. Ce n’est pas pour se débarrasser mais pour en faire profiter des personnes qui en ont bien besoin…
  • Le commerce local (superette… café… Agence postale…) accueille avec beaucoup de plaisir ces nouveaux clients qui s’intègrent parfaitement bien à la vie de notre village. Les résidents se distinguent particulièrement par leur politesse et leur gentillesse d’après les commerçants…
  • Les associations locales accueillent avec beaucoup de plaisir ces jeunes « migrants » qui apportent une autre culture et souvent donnent un coup de main pour l’organisation de nombreuses manifestations.
  • Les jeunes footballeurs Bonnellois ont trouvé des jeunes aussi passionnés qu’eux !!! Les rencontres sont nombreuses et régulières sur le terrain communal.
  • Une nouvelle association s’est créée pour accompagner l’accueil.
  • De nombreux habitants « silencieux » se sont révélés… les contacts avec eux se sont multipliés, ce qui me ravit.
  • Cet élan de solidarité, bien que prévisible, est très rassurant. Le village a confirmé, par sa mobilisation, qu’il était capable de tout en cas de besoin.
  • L’organisation par l’équipe du Monastère est très professionnelle, ce qui est gage de réussite de cet accueil inhabituel. L’équipe en place est remarquable ! L’œil attentif et l’implication des « Sœurs » présentes dès le début de l’aventure a été déterminent.

Être le Maire d‘un village qui agit ainsi, c’est très rassurant et ce n’est que du bonheur !

 

Retrouvez ci-dessous en pièce-jointe, la version PDF de cette intervention.

Retrouvez le reportage vidéo de cette intervention ici sur le site Servons la fraternité.