Vous êtes ici

Le défi de la charité est devant nous

06 novembre 2012
Print

Lors de la création de la Fondation Jean-Rodhain, certains d’entre nous se sont posé la question : "Alors que l’urgence de l’action nous presse, est-il opportun de se pauser et s’organiser pour réfléchir ?".

On ne le sait pas assez, Jean Rodhain était un homme de réflexion autant que d’action. Il sut créer et inventer, ne serait-ce que "les kilomètres de soleil" comme pédagogie et éveil de la solidarité chez les enfants, ou les mircro-réalisations pour faire "décoller" la solidarité avec le Tiers Monde.

La Fondation Jean-Rodhain a une triple et belle vocation : anticiper sur les germes des nouvelles pauvretés ; penser l’avenir de nos solidarités ; infléchir les mentalités pour qu’on ne laisse pas les pauvretés proliférer au point de prendre des situations de misère contemporaine comme des fatalités ou même comme le revers fatal de nos croissances.

Mais il y a plus. Benoît XVI le souligne dans son encyclique, la charité chrétienne ne se ramène pas à l’assistance matérielle, ni au combat idéologique, elle se fait rencontre des personnes dans leurs blessures, leurs échecs et les engrenages d’une misère ressentie comme une déchéance. Le pape Jean-Paul II a écrit un jour que la parabole du bon Samaritain "fait partie du patrimoine moral de toute l’humanité". C’est fort et audacieux, car cela suppose qu’en tout être il y a toujours une réserve de bonté pour exprimer son humanité, l’autre nom de l’amour, en fin de compte.

Mgr Gérard DEFOIS, président de la Fondation Jean-Rodhain