Vous êtes ici

L’intérêt des colloques de la Fondation

05 novembre 2012
Print

"Penser la charité" n’a de sens que si la diffusion de cette pensée est largement accessible à tous : le développement des espaces d’expression, notamment par la publication d’ouvrages et de travaux, est indispensable pour assurer le rayonnement d’une charité bien comprise.

"J’ai d’abord connu la Fondation par ses colloques. Pas universitaires seulement, ni pragmatiques seulement. Ils visent la rencontre de la recherche, théologienne, philosophique, mais aussi sociologique, historique, économique, et de la pratique, soit directement "caritative", soit administrative, politique - jusqu’à celle d’un député, d’un directeur de ministère, d’une assistante sociale, d’un maire.

Des praticiens du Secours catholique comme d’autres organisations d’aide sont là et profitent de la réflexion des gens de la recherche, lesquels profitent de l’expérience et du dynamisme des praticiens. Soixante ou soixante-dix personnes sont réunies, d’une grande variété d’origines. Là se" forge une pensée, le vœu si souvent répété de Jean Rodhain jadis, qui trouvait que pour exercer la charité on ne pense jamais assez. "La parole des pauvres", la dernière fois, ce fut riche vraiment de révélation."

Jean-Yves CALVEZ, sj, théologien et philosophe, longtemps vice-président de la Fondation.