Vous êtes ici

La compassion comme forme de la miséricorde

23 décembre 2015
Print

Dans Les vertus sociales, Alain Thomasset consacre un chapitre à l’étude de la compassion. En cette année de la miséricorde, cette étude peut nous permettre d’approcher la dimension sociale de la miséricorde, forme éminente de la charité.

Extraits, p. 210-213.

"La dimension sociale : les structures de compassion.

[...] la compassion n’est pas un sentiment ou une vertu individuelle : elle est une manière de vivre ensemble. Selon Nussbaum, c’est une "émotion sociale de base", un des fondements de la vie sociale. Mais comment peutelle s’exprimer d’une manière collective ? La compassion est-elle un simple sentiment charitable ou change-t-elle quelque chose dans le domaine politique et social ?

[...] Avec bien d’autres types de communautés locales (tels que les voisinages de quartier, les associations et les organisations non gouvernementales), les paroisses et communautés chrétiennes sont les premières structures sociales de la compassion.

[...] Nous continuons de penser que la compassion, qui est aussi considération universelle, n’est pas incompatible avec le fonctionnement social et qu’elle doit être incluse dans le cadre politique. En réalité, aucune société ne peut vivre si elle n’intègre pas dans sa motivation et ses règles juridiques une sorte de générosité qui ne saurait s’expliquer par un simple calcul social."