Vous êtes ici

Notes de spiritualité

24 juillet 2013
Print

Jean RODHAIN, "Si le Seigneur ne bâtit la maison, en vain nous travaillerons à l’édifier", Bulletin de liaison du Secours Catholique, n° 9, 15 septembre 1947, p. 2.

Notes de spiritualité

« Si le Seigneur ne bâtit la maison, en vain nous travaillerons à l’édifier »

« Si je désire le Paradis, s’écriait Thérèse d’Avila, tu sais bien, Mon Dieu que ce n’est ni pour ses orgues, ni pour ses chants, ni ses chœurs des anges, ni ses délices, mais pour Te rencontrer, Seigneur Jésus. »

Ce désir, cette recherche du Seigneur, est dès cette terre la boussole première, l’indicatif majeur, sur notre tableau de bord. Le cherchons-nous vraiment ? Sommes-nous prêts à Le préférer à tout ?

C’est pour chacun le vrai signe : qu’Il est guidé par Dieu. Car dans nos œuvres ni le succès ni les réalisations, ni la souffrance même ne sont une preuve.

Ni le succès : LUTHER a remporté de très réels succès d’opinion et de propagande et d’adhésions, et cependant ...

- Ni les réalisations : Pendant plusieurs années une certaine tour était un magnifique début de réalisation architecturale à BABEL, et cependant...

- Ni la souffrance : Il souffrait tout autant que l’autre, ce mauvais larron et cependant...

Mais dès qu’elle est cherchée et adoptée, cette conformité, cette adhésion aux chemins tracés par le Seigneur, quelle garantie, quelle certitude, quelle paix pour l’âme, quelle invitation à une confiance totale.

L’aveugle suit aveuglément son caniche, il le suit tout le jour, aveuglément, c’est le cas de le dire. Il se fie à lui même s’il n’est qu’un pauvre caniche gelé, sans race, ni prix.

Et vous, Seigneur Jésus, mon Créateur et Sauveur, j’hésiterais à vous faire aveuglément confiance ?

J.R.