Vous êtes ici

Parabole en jaune mineur

13 juillet 2017
Print

Jean RODHAIN, « Parabole en jaune mineur », Messages du Secours Catholique, n° 36, février 1954, p. 3.[1]

A force de vouloir plaire à tous

Parabole en jaune mineur

Un pauvre paysan de la plaine du Louang‑Hi avait un pigeon qu'il chérissait fort ; c'était, dans sa rizière sans joie, son seul ami.

Un mandarin vint à passer et s'écria : « Oh ! Oh ! votre pigeon a certaines plumes qui sont noires. Je n'aime pas beaucoup ce deuil. Je vous en prie, par délicatesse pour ma sensibilité, enlevez donc cette sombre couleur qui m'offense. » Le paysan, ému, arracha sur‑le‑champ toutes les plumes noires de son cher pigeon.

Il avait à peine terminé, qu'un second mandarin, surgissant, gémit : « Ah ! Ah ! ce pigeon présente certaines plumes d'un blanc éclatant. Je ne souffre pas le blanc. Par délicatesse pour mes pauvres yeux, je vous adjure de m'épargner cette profonde peine. » Compatissant, inquiet, hésitant, mon paysan, une heure après, pluma son pigeon de tout duvet blanc.

A cet instant, surgit le mandarin numéro trois. Il ne dit rien. Mais ses yeux ronds, ses mains mouvantes, ses rides oscillantes firent, en vingt minutes, supposer son malaise profond. Cet homme gras et de lourdes fourrures vêtu, n'aimait pas le gris. Mon paysan ne voulant faire nulle peine à la plus frêle créature, enleva derechef à son pigeon, les plumes qui lui restaient parce qu'elles étaient justement grises.

Le pigeon nu, sans plume aucune, le soir même creva. Car le froid a peur des plumes mais n'a pas peur des mots.

Devant son cher pigeon crevé, les pattes en l'air, le paysan au cœur délicat et tendre comprit, trop tard, que la première des délicatesses consiste à respecter le Créateur et la variété de ses créatures.

* * *

A vouloir tout atténuer pour plaire à tous, on perd son temps, son caractère et ses amitiés vraies.

« Parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni chaud, je vais te vomir. » Ceci est du doux, du délicat apôtre saint Jean, le disciple bien‑aimé, en son Apocalypse, chapitre III, verset seizième.

                                                                                              Jean Lorraine


[1] Réédité dans : CGV, pp.187-188. OCR effectué sur CGV. Sur MSC, l'article est sur-titré : "A force de vouloir plaire à tous…"; et il est signé "Jean Lorraine".