Vous êtes ici

Kilomètres de soleil : but

18 août 2017
Print

Jean RODHAIN, « Les kilomètres de soleil : but », Messages du Secours Catholique, n° 76, mars 1958, p. 12.

Kilomètres de soleil : but

L'Église réclame de tous, avec le jeûne et la prière, pendant le Carême, la pratique de l'aumône.

L'Aumône est plus ancienne que l'Église : toute la Bible l'exige depuis avant Moïse. Cette aumône, en l'inspirant de Charité, la Loi Nouvelle du Christ en fait une « conversion », un « retournement » de l'âme.

Autrefois l'aumône se présentait comme une sébile tendue par un mendiant ou comme le lit d'hôpital fondé par une donation.

Voici l'âge atomique, quelle sera la forme de l'aumône ? Problème futile ? Non problème actuel

L'Archevêque de Paris de l'an 2.000 est né vers 1945 : il a 12 ans actuellement. Les Ministres, les Responsables, les Chefs d'industries ou de syndicats de l'an 2.000 seront les enfants de 10, 12 et 14 ans que nous regardons jouer, rire et travailler en 1958 : ils auront 55 ans en l'an 2.000.

Si, à ces enfants, je leur demande de partager leur chocolat avec leur voisin, je les invite à une aumône de voisinage. Et certes rien ne remplacera, pour eux, la découverte des misères de leur « prochain proche ».

Si je leur suggère de partager leur monnaie avec dix enfants qu'ils ne voient pas, dont je leur révèle la misère, et pour un secours lointain dont ils ne verrons pas la réalisation, je les éduque du même coup à une forme de charité aux dimensions internationales. Je les prépare à une interprétation sociale de l'âge atomique où ils vivront, où ils seront les chefs et les dirigeants, tandis qu'en ce temps-là, nous regarderons, vous et moi, leur mappemonde depuis un autre monde.

La répartition mondiale des aliments, la géographie des forces et de la faim en l'an 2.000, elle dépend de ces gosses de 1958, et la manière de comprendre Pâques les conduira à regarder l'Église, cette Mère de Charité, avec un sens ou plénier ou étriqué.

Alors voici des milliers d'enfants qui, au temps de Pâques 1958, économisent de quoi planter une borne. Ils grignotent les kilomètres. Ils totalisent des lieues entières avec 20 francs de privation. Une affiche s'illumine enfin d'une clarté de Lourdes. Et en cette Année Mariale, voici des milliers d'enfants, aussi mal logés que Bernadette privée d'air dans son cachot, qui partent vers le grand air.

Vous avez donné de l'air et du soleil à un enfant inconnu, que vous ne verrez jamais. Vous l'aurez conduit au bord de la mer sur une plage que vous ne verrez pas non plus. Socialement vous aurez fait confiance à ces organismes qui, avec l'Église, continuent les diaconies des premiers siècles.

Cela s'appelle du travail pédagogique. Cela s'appelle les «  Kilomètres de la Charité ». Cela n'a rien de génial. C'est adapté à ce sens social et international qui - avec le sens familial - est l'A.B.C. de la pédagogie 1958.

Mgr Jean RODHAIN.