Vous êtes ici

Nous sommes ici chez nous

13 juillet 2017
Print

Jean RODHAIN, « Nous sommes ici chez nous », Messages du Secours Catholique, n° 61, septembre 1956, p. 5.

Nous sommes ici chez nous

En sortant de la Cité « Saint-Pierre », au bord de son incomparable terrasse surplombant les trois vallées agenouillées devant le château-fort de Lourdes, j'aperçois un groupe pénétrant avec décision dans le domaine de la Cité. J'interpelle celui qui semble le responsable, un homme très grisonné, à figure de notable - Vous désirez un logement ?-

- Non.

- Vous cherchez le chemin ?

- Non, on connaît.

- Vous êtes déjà venus ?

- Non ; mais on sait. Nous sommes ici chez nous.

Je reste stupide, et je dus laisser voir ma stupeur, car, en chœur tout le groupe insista :

- Nous sommes actionnaires de la maison.

- Mais il n'y a pas d'actionnaires.

- Pardon, nous, on a envoyé notre mandat pour la Cité. C'est un peu notre maison. Et on en connaît le plan par « Messages ». On vient vérifier. On n'a besoin de personne, Monsieur le jardinier.

À vrai dire, occupé à tailler les arbres, j'avais exactement l'air et la tenue d'un jardinier. Et bien que ce groupe n'eût besoin de personne, je réussis tout de même à me faire agréer comme guide à travers les dix-huit hectares de forêts, de prairies, de bâtiments et de chantiers.

Ces gens partis en groupe pour Fatima avaient décidé, après un arrêt à la Grotte de Lourdes, une visite à la Cité-Secours parce qu'ils étaient abonnés à « Messages » et qu'ils voulaient voir leur « maison ». Je passai, comme jardinier, une heure charmante à recevoir leurs impressions devant les cuisines semi-automatiques, comme devant la chapelle reliquaire. Le charme ne fut rompu qu'en finale lorsque le bambin du fermier me saluant d'un sonore « Bonjour Monseigneur », fit s'envoler le mythe du jardinier ingénu.

Au fond, ces gens avaient raison : la Cité-Secours est bien « Leur Maison ». L'argent qui a payé le terrain, il vient d'eux. L'argent qui paye la pierre, le ciment, le maçon comme le charpentier des pavillons, d'où vient-il donc ? Ni de l'impôt, ni du contribuable, ni de l'État; ni d'un commerce, mais il provient uniquement de chacun de vous qui lisez ces lignes. Oui c'est bien « votre maison ».

Venez, voyez, visitez, contrôlez, vérifiez.

C'est bien ce que l'on disait dans « Messages ». La réalité est même mieux que la description, confiaient ces visiteurs au jardinier. Venez visiter la Maison de Myriam pour les Nord-Africains, la Cité Notre-Dame à Paris, la Cité Saint-Pierre à Lourdes, et quelques 38 autres Cités-Secours en province.

Vos maisons vous sont ouvertes. Elles vous attendent. Le Jardinier aussi.

Jean RODHAIN,

Prélat de Sa Sainteté,

Jardinier par occasion.