Vous êtes ici

Objectif : le 12 octobre

24 juillet 2013
Print

Jean RODHAIN, "Objectif : le 12 octobre. Dimanche du Secours Catholique", Bulletin de liaison du Secours Catholique, n° 7, 15 juillet 1947, p. 1.

Objectif : Le 12 octobre « Dimanche du Secours Catholique »

1) Dans ce monde inquiet, la paix dépend de la bonne volonté de tous : elle se compose du total des efforts personnels. Eveiller l’idée secourable, chez quelques millions d’âmes, c’est travailler pour la paix.

2) L’assemblée des Cardinaux et Archevêques [1] vient de mettre à la disposition du Secours Catholique une autorité considérable en invitant les diocèses à lui réserver le dimanche 12 octobre : c’est une occasion unique. Voici que dans 40 000 paroisses de France, les exhortations, les prières et les quêtes seront toutes orientées vers ces misères et ces secours. Quel poids, quelle influence, au service du Secours Catholique, si nous savons préparer cette journée.

3) Car en fait, tout dépendra du travail de la délégation. Qu’elle fasse le siège de l’Évêché et du Clergé, qu’elle alerte et informe, et documente paroisses et mouvements, qu’elle axe exactement son travail d’août et de septembre sur la préparation de ce « Dimanche du Secours ». Alors ce 12 octobre apportera dans son diocèse, une vague de prières, donc de grâces réelles et une vague de secours qui mettront entre les mains de la délégation cet outil efficace, ces possibilités dont elle rêve. Les remèdes aux misères de l’hiver seront alors trouvés, vos réalisations ne sont plus un vague projet, vous pouvez enfin parler sans rougir de christianisme et d’Évangile réalisé.

Que la Délégation, au contraire, se fie à Paris pour préparer cette journée, qu’elle se repose sur un vague avis de la Semaine Religieuse pour convaincre les paroisses, qu’elle consacre ses réunions à des bavardages hésitants et à des énumérations d’excuse ou de difficultés obsédantes, et elle aboutira à un résultat certain : le 12 octobre passera inaperçu, aucune bonne volonté n’aura envie de se donner à une délégation si hésitante, son budget diocésain restera un problème insoluble. Elle remâchera pendant une année des difficultés de trésorerie, au lieu de rayonner la charité. Ce sera le fruit sec d’un arbre sec.

Le 12 octobre est une occasion irremplaçable d’obtenir par une immense prière collective, pour chacun des membres du secours cette CHARITE du Seigneur, sans laquelle nous ne pouvons RIEN, sans laquelle nous ne sommes RIEN.

Le 12 octobre est une occasion irremplaçable, donnée au Secours Catholique d’apporter un témoignage du Seigneur dans les mois d’hiver. Mais ce témoignage dépend ni des Évêques qui ont désormais autorisé cette journée, ni du public, qui comme toujours se donne à qui travaille : il dépend exactement, rigoureusement, du travail de la délégation, c’est à dire, de votre travail d’équipe.

Rendez-vous : 12 octobre.

Abbé Jean RODHAIN

Notes:

[1Décision du 26 mars 1947. Compte-rendu officiel envoyé à tous les évêques, page 22.