Vous êtes ici

Economies

18 juin 2017
Print

Jean RODHAIN, « Économies », Bulletin de liaison du Secours Catholique, n° 22, octobre 1948, p. 1.

Economies

            La lettre à 10 Frs nous oblige à chercher un moyen plus économique de correspondre avec vous. Ce bulletin est ce moyen normal. La première année avec ses tâtonnements exigeait des lettres nombreuses : ordres, contre-ordres (donc désordres). Puis tout se stabilise. Une montre bien au point tourne sans à-coups : ce bulletin rythme notre activité commune. Vous parvient-il à chacun exactement ? Réclamez-le. Et utilisons-le. Composé avec votre collaboration, et ensuite lu attentivement, il évitera questions et réponses. Bulletin bien travaillé, économie d’argent.

            Eviter la dispersion, centrer plus exactement son effort, c’est économiser du temps. Ce bulletin d’octobre vous apporte un deuxième exemplaire du tract destiné au clergé. Ce tract contient (par économie) le maximum d’idées et de faits dans le minimum de papier. En allant le porter, et l’expliquer à votre curé ou à tel religieux de vos amis vous provoquerez une allocution plus directe le 21 novembre. Vous aurez l’occasion – par ce tract – d’expliquer à un « multiplicateur d’influences » les buts du Secours Catholique et vos réalisations locales. Cette visite vous facilitera ainsi les adhésions auprès de cent paroissiens sans que vous ayez à faire de longs discours. Visite bien préparée, économie de temps.

            Pour faire des « économies », pour tout ordonnancer vers un rendement sans déchets : interrogeons-nous fréquemment : de quoi s’agit-il ?

            Examinons souvent la nature même du travail qui nous est confié : nous ne manions pas des volts, ni des ampères. Nous ne manions ni des archives, ni des bulletins de vote, ni des fraiseuses ou des machines à calculer. Nous avons pris en main la Charité du Christ.

            C’est à la fois terrifiant et consolant, c’est à la fois, pour chacun, un spectacle de grandeur et de réconfort.

            Nous avons les mains à un ouvrage totalement divin. Nous avons en charge le contact même de l’Amour divin et des créatures. C’est une œuvre de Dieu. C’est un travail de la Trinité. La Foi et l’Espérance disparaîtront à la fin du monde, et ce travail-là, ce travail de Charité continuera : la Charité ne passe pas.

            Charité = Activité de Dieu. Ca dépend du Saint Esprit et de notre contact avec Lui.

            Le 21 novembre on va expliquer cela dans toutes les paroisses.

            Alors, commençons par nous l’appliquer :

            Une heure de calme, une minute de silence, un instant de prière : quelle économie d’action…

Abbé Jean RODHAIN