Vous êtes ici

Campagne et caravane des kilomètres de soleil

21 août 2017
Print

Jean RODHAIN, « Campagne et caravane des kilomètres de soleil », Messages du Secours Catholique, n° 86, mars 1959, p. 6.

Campagne et caravane des kilomètres de soleil

PASCAL n'a pas quitté sa ruelle sans ciel. Nicole, de sa chambre borgne, regarde le mur d'en face. Car sa lucarne ouvre juste sur un mur perpétuellement  gris. Dans ce bloc de maisons entassées, on ne devine guère si c'est encore l'hiver ou si déjà le printemps est arrivé. L'an dernier aussi, l'été, on a dû rester là et jouer sur Ie trottoir, et à l'automne, entendre les autres enfants raconter la colonie, l'air de la mer, Ie grand soleil. Le soleil, c'est pour les autres.

Un spoutnik tourne et tourne au soleil. Minuscule, cependant il brille, tellement il reste en plein soleil pendant des milliers et des milliers de kilomètres. Il file vite; presque aussi vite que la lumière du soleil. Il parcourt à chaque seconde près de 300.000 km. Les deux pays les plus riches du monde dépensent des centaines de milliards pour faire tourner ces longues bouteilles d'acier avec, dedans, un petit chien ou un petit singe. A coups de milliards, la ronde des spoutniks avale à toute vitesse des kilomètres et des kilomètres de soleil. Elle tourne là-haut, en plein soleil du Bon Dieu, tandis qu'en bas les enfants du Bon Dieu vivotent dans les quartiers sans soleil.

Alors faisons un rêve, voulez-vous ? Ce que les plus grands ingénieurs du monde ne savent pas faire, si on l'essayait ? Ce soleil, si on le débitait nous-mêmes ? Si on Ie détaillait comme d'autres vendent du ruban ? Si on le distribuait comme le receveur distribue ses tickets d'autobus ? Si on levait le rideau noir devant tous les gosses des ruelles grises ? Si on tirait d'un doigt Ie store invisible dans le mur sans fenêtre ? Si on conduisait ensemble, kilomètre par kilomètre, Nicole et Pascal vers le soleil que le Seigneur a fait, pour tous sans exception ?

Depuis deux ans, les enfants, de Lille à Dakar, ont donné 25 millions, 20 francs par 20 francs, pour conduire au soleil des enfants sans soleil.

En 1959, la Campagne du Soleil commence le mercredi des Cendres (date facile à retenir : c'est le cent-et-unième anniversaire de l'Apparition de Lourdes : 11 février).

Elle se termine le jour où, de la nuit du tombeau, sort, lumineux comme Ie soleil, le Christ ressuscité : dimanche de Pâques, 29 mars. Entre ces deux dates, depuis vingt siècles, les chrétiens se privent : ça s'appelle le Carême. Ce dont ils se privent, cela sert à aider le prochain : et le prochain le plus proche de vos enfants, n`est-ce pas cette Nicole et ce Pascal qui ont leur âge, leur costume, leur regard, mais tout de même aussi, ce teint un peu trop pâle...

L'Ingénieur des KILOMETRES de SOLEIL !

Mgr Jean RODHAIN.